Sans le bénévolat rien ne serait possible ! 

Ils sont près de 90 de tous âges et venant de tous horizons. Ils sont tous habités par une seule envie : remplir au mieux la mission de LOCOMOTIVE dans l'accompagnement des enfants atteints de leucémie et de cancer ainsi que de leur famille.

Certains d'entre eux sont des personnes ayant déjà vécu la maladie au travers de leur enfant ou ayant eux-mêmes été malades. Les autres sont des personnes sensibles à cette cause qui souhaitent s'investir durablement.Etre benevole

Tous les bénévoles sont formés avant d'être intégrés dans une commission : connaissance de l'association (missions, activités, histoire, culture …), formation à l'écoute et à l'accompagnement à l'occasion des ateliers du CLABH (Comité de Liaisons des associations de Bénévoles à l'Hôpital).

Tout au long de l'année, au sein de chaque commission, les bénévoles sont supervisés par un psychologue pour évaluer les actions menées et réfléchir aux meilleures façons d'agir et de progresser dans notre attention aux autres.

Le bénévolat est un engagement réciproque entre une personne et une association. La personne offre du temps et des compétences à l’association qui lui propose un cadre, une formation, un soutien. Les actions de l’association LOCOMOTIVE repose essentiellement sur ses bénévoles.

accueillir, verbe transitif du latin accolligere, ‘réunir’ – rencontrer intentionnellement (quelqu’un) à son arrivée dans un lieu - admettre (quelqu’un) dans un groupe - recevoir favorablement (quelque chose), accepter…

« Quel que soit l’acception que l’on choisira ici du mot accueillir, elle convient parfaitement à l’esprit qui préside aux rencontres d’accueil des nouveaux bénévoles. Accepter de nouveaux bénévoles est non seulement indispensable pour notre association mais c’est aussi bénéfique bien sûr aux futurs bénévoles.

Depuis de nombreuses années, j’ai reçu des confirmations de plusieurs personnes me témoignant de l’enrichissement qu’avait été pour elles le fait de donner : donner du temps, donner de la disponibilité, donner de l’écoute, etc...

Le bénévolat est non seulement un acte généreux, mais c’est aussi un acte citoyen. Sans la mobilisation de tous les bénévoles depuis 1988, notre association ne serait évidemment pas ce qu’elle est aujourd’hui.

Pour accueillir les nouvelles personnes désireuses de nous aider, nous organisons 2 ou 3 fois par an des réunions d’information où nous leur présentons notre histoire, notre mission, et notre organisation. Ces rencontres sont à chaque fois un moment privilégié et chaleureux, et elles s’achèvent par la présentation d’un film qui, à travers une thématique précise, pose bien l’enjeu du bénévolat et le rôle de Locomotive. L’échange qui suit la projection est souvent très fructueux et décisif dans le choix du futur bénévole de nous rejoindre. »

Bernard Dal Molin

 « En 1991, à la fin de ma vie professionnelle, j’ai frappé à la porte de LOCOMOTIVE . Pourquoi LOCOMOTIVE ? Le hasard !

Cette association m’avBénévolatait été recommandée par l’un de mes enfants, qui en avait entendu parler. Bien sûr, dans la démarche de m’investir dans le bénévolat, il y avait le besoin de pouvoir exprimer de la générosité voire de l’empathie envers des personnes dans la souffrance. Mais il y avait aussi le besoin de donner de mon temps et de remplacer les activités perdues par des activités nouvelles.

Je me souviens bien de mes débuts. Bénévoles anciens et nouveaux, qu’ils aient été parents d’enfants malades ou non, comme c’était mon cas, se réunissaient tous les jeudis après-midi. Ces réunions hebdomadaires se tenaient déjà au local. J’y participais souvent silencieusement, mais j’écoutais toujours attentivement le compte rendu des bénévoles qui, lors des «Café-croissants» de la semaine écoulée, avaient accompagné des parents d’enfants hospitalisés.

Et, tout en collant des timbres ou en inscrivant les coordonnées des sympathisants sur des fiches individuelles jaunes (c’était bien avant l’informatisation du secrétariat, je m’imbibais progressivement de l’esprit de LOCOMOTIVE .

L’enthousiasme et le dynamisme contagieux d’une bénévole d’alors a largement facilité mon intégration. Je pense souvent à elle. D’emblée, deux manières de réaliser mon bénévolat se présentaient : être en relation d’écoute et de partage avec les parents d’enfants malades ou donner un coup de main dans la gestion administrative de l’association.»

Madeleine… Vingt et un ans de bénévolat

Galerie

Rechercher